05 janvier 2018

Eternellement jeune, éternellement enfant

... pour ne pas devenir "une machine qui s'adapte très bien à la vieet c'est tout" (Derain à Vlaminck, 1907)L'exposition sur André Derain se termine fin janvier. Elle montre l'itinéraireintéressant d'un peintre ouvert, curieux, éclectique.J'ai aimé son cheval mené par un "maquignon" ses portraits, notamment celui de Matisse,et cet arbre qui danse sous la lumière sur le parvis de Beaubourg, c'était la danse des parapluies !
Posté par janek à 11:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]